Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 00:00

 

   
 749 Le Studieux 133 10

 

     

 

      742--Valentin---126---10.png    

 

Histoire

 

  

 

 

 

             Un vieil ami sculpteur m’a raconté l’histoire du marron

                   sculpté Toulonnais, en   voici seulement  le  résumé.

     

 

 

Au XVIII siècle dans la ville de Toulon, les bagnards, (qui ont construit entre autre les fortifications) vendaient  aux Toulonnais des marrons sculptés comme porte bonheur, aux militaires des noix de coco gravées (poire a poudre pour les fusils) et aussi divers objets en bois ou en paille comme des coffrets à bijoux  pour les dames.

 

1088--Sindy-64-13.png

 

Une pointeuse :

Dans « Les misérables » Victor Hugo parle des surveillants qui mettent un simple marron dans une boite toutes les heures pour faire savoir à leurs supérieurs qu’ils sont bien passé à cet endroit.

 

 

 

Un objet identitaire :

Au bagne les gardes chiourme (surveillants) demandaient à chaque prisonnier d’avoir un marron qui  les représentait  (par des entailles,  rayures ou  marques  diverses) 

1099 Archifleuri 75 13

 

Sur les chantiers une boite était prévue pour recevoir les marrons des forçats avant qu’ils aillent  travailler.

Les surveillants effectuant leur ronde pouvaient voir (sans obligatoirement savoir lire) en regardant dans la boite qui travaillait et à quel endroit.

C’était l’ancêtre de la carte d’identité.

 

 

 

 

 

Tout évolue :

Petit à petit la taille du marron s’est perfectionnée. Les forçats ont amélioré leur signalétique et la vente des « porte bonheur » a sans doute contribué à  faire acquérir à ces artistes une meilleure maîtrise.

 

Au cours de mes expositions certains visiteurs  m’ont parlé des moines qui sculptaient des marrons d’inde  en utilisant la coque marron foncée  pour faire la capuche des religieux.

D’autres m’ont dit que des artistes  (Grand prix de Rome) en ont créé, des grands pères ont sculpté leurs parents. Début  XIXème la revue satirique« Le Marron Sculpté » imprimait des gravures  représentant certains  personnages  politiques.  Des marins, des gardiens de phares en ont façonné.Les poilus en 14-18 ont bien sur contribué à cette création simple et pratique.

 

808 Zélie 45 11

Rudimentaire ou très élaboré le  marron sculpté est toujours    émouvant.

A travers le personnage suggéré : on imagine … 

et quand on imagine : si ce n’est pas du bonheur,

il est fort possible que ça lui ressemble !

 

                   

  

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gérard - dans Texte
commenter cet article

commentaires

Pages

Catégories